lundi 27 février 2012

Je dépense, je compte, je gère quoi !

C'est un fait, je suis une femme au foyer en grande partie et j'adore gérer le budget familial.
Chaque début de mois, c'est comme un jeu pour moi de répartir les "entrées" dans mes différentes enveloppes virtuelles.
Ce n'est peut-être pas pour rien d'ailleurs que je me suis reconvertie dans la comptabilité... faut pas chercher !

Quand je vivais seule, je ne tenais pas de cahier de comptes. C'était un peu la belle vie ! Une fois déduits le loyer et une facture de fourniture en énergie par-ci par-là, j'étais en free-style total ! Et oui, mon budget alimentation, c'était du grand n'importe-quoi... bref.

Depuis, les choses ont changé. Ma petite famille s'est constituée, mes dépenses se sont rationalisées et j'ai tout naturellement ressenti le besoin de mettre un peu d'ordre dans mon porte-monnaie. 
En d'autres termes, être capable de prévoir, anticiper les sorties d'argent pour mieux planifier 

Le cahier de comptes a donc fait son apparition dans ma vie.



Un grand cahier de la marque force 8, que l'on trouve facilement en grande surface. 
Puis, après m'être mise à étudier la compta, je suis tout naturellement passée sur logiciel comptable. C'est plus pratique pour pointer son relevé mensuel. Mais bon, ce n'est pas forcément très convivial et j'en suis revenue depuis quelques mois.
Je suis donc repassée sur un support papier, mais un truc tout pourrave. Un petit cahier d'écolier, avec deux pages pour chaque mois, et vas-y que je te couche les chiffres un peu comme ça vient, mais peu importe. Même s'il m'arrive d'avoir l'air bordélique en extérieur, tout est bien organisé dans ma tête.

Et puis, à la fin de l'année dernière, j'ai découvert les kakebo. Et plus précisément ce kakebo


que je me suis empressée d'adopter, par curiosité et par envie de nouveauté.

Le kakebo nous vient du Japon et signifie littéralement "livre de comptes ménager".
Ce n'est donc rien de plus qu'un cahier de comptes amélioré. Pour faire simple, les cases sont bien plus grandes que sur un cahier de compte classique, ce qui permet de mettre plein de petites notes. C'est une sorte de mixte avec un agenda. Et même plus qu'un agenda au Japon, il sert aussi, semble-t-il, de journal intime.
Plus d'explications ici.

Il y a plein de pages dont je ne me sers pas, pour l'instant, comme celles de la fin qui permettent d'établir des récapitulatifs par catégories de dépenses mensuelles.
Je ne fais pas non plus la différence entre les différents moyens de paiement, CB, chèques ou espèces.
Je ne suis donc pas rigoureuse à l'extrême mais ça ne me semble pas primordial puisque mes retraits d'espèces sont limités et servent essentiellement à couvrir les petits besoins de ravitaillement alimentaires quotidiens (pain, fruits, légumes).
Le kakebo est ultra détaillé et si on veut bien s'en servir, c'est tout un art. Ah, ils ne font pas les choses à moitié les Japonais !
En ce qui me concerne, je m'en tiens au presque strict minimum.


Tous les mois, il y a les charges incompressibles, les sorties d'argent auxquelles on ne peut pas couper, qui sont fixes (à peu près). Je pense bien évidemment au loyer, ou au remboursement du crédit immobilier pour ceux qui sont propriétaires, aux prélèvements d'impôts qu'on a juger bon de faire mensualiser, aux diverses factures de télécommunications et aux sous que l'on vire pour mettre de côté sur divers comptes épargne et autres, si on en a les moyens.

Déduisez tout cela de votre ou vos rentrées d'argent et il ne vous reste plus qu'à répartir ce qui reste dans les petites enveloppes liées à la vie quotidienne.
Vous devez en effet être capable d'évaluer combien vous allez dépenser, en moyenne, par semaine, pour votre alimentation, vos frais liés aux transports (les carburants, abonnements train, métro, etc.) et l'habillement. Dans cette enveloppe, on peut mettre également les dépenses liées aux factures d'électricité, de gaz, etc., qui sont prévisibles mais pas forcément toujours équivalentes d'une fois sur l'autre. C'est ce que j'appelle les "courses".


Tout ce qui reste, s'il en reste, ce n'est que du bonus. Libre à vous de mettre cet argent de côté, en prévision de vos futures vacances ou d'un coup dur, ou bien de le dépenser dans ce que je qualifie pudiquement de "dépenses perso". Vous m'avez comprise.

Suis-je convaincue ou non par le kakebo ?
Pas tout à fait, dans le sens où je le trouve vraiment trop pointu pour la gestion familiale ordinaire (détail des paiements espèces, détail des paiements CB et par chèque, etc.) mais oui par contre, pour son côté agenda, qui sied parfaitement à mon côté scribouillarde, sans cesse en train de griffonner des additions, et surtout des soustractions, à droite et à gauche.

Il est donc adopté pour cette année !

Elles ont aussi testé le kakebo : Melocotoncito,  Kaeru, Iowett, Yulia Baba
Elle a fabriqué le sien : Céline, du blog Douce mise en scène 
Rendez-vous sur Hellocoton !